On a pas tous les jours 30 ans, on a pas tous les jours l’occasion de rassembler ses potes pour fêter ses 30 ans, on a pas tous les jours l’opportunité d’occuper un manoir géant avec carte blanche pour l’ambiance. Même si le tableau est attractif, il faut être un peu taré pour aller consacrer des heures à planifier la plus sale fiesta de ce début d’année. Pourtant le jeu en vaudra la chandelle puisque la quarantaine de personnes invitées s’accorde à dire que la fiesta restera dans les mémoires…

La base : un manoir vide mis à disposition, courte réflexion, le thème du ski est évoqué, bingo, c’était tout simplement la solution parfaite.
Pas de chauffage dans le manoir ? Pas de souci, tout le monde se pointe en vieille combi de ski fluo bien chaude.
Ambiancer le manoir avec le thème ? Les décos de Noël viennent d’être rangées dans les magasins. Sapins en plastique, luges, bustes de cerf factice… tout peut être réutilisé tel quel en mode chalet de montagne.

Ok, sono, déco, éclairage, 6 litres de Jagermeister, 14 bacs de bière, bloc de glace géant, bar en plexi avec illumination, table de beer pong, jeu du clou, coin photomaton avec les accessoires… On était prêts et tout le monde a joué le jeu. De 20h à 5h du matin le lendemain, on a ri, parlé, joué, chanté, dansé, bu, fumé, échangé, partagé

30 ans, c’est déjà un tas de rencontres, amis d’enfance, amis de quartier, amis d’école primaire, secondaire, supérieure, amis de boulot, amis de vie… Venus des 4 coins de la Belgique, les amis et la famille ont répondu présents. Des amis comme ça, ça se mérite, chaque jour. C’est pourquoi cette première connerie, elle devait être costaude. Pas question de se retrouver à 10 autour d’un verre, des amis pareils, ça méritait une fiesta d’anthologie.

Merci à eux, mes amis, ma famille. La première connerie c’était du solide, comme la gueule de bois qu’on s’est tous payés le lendemain. Il me reste toujours un manoir à nettoyer mais peu importe le mal est fait !